Similitudes et différences entre deux CAQDAS : discrèter un flux et fouiller un texte

 

À propos de l’intervention de Jacques Kerneis (CREAD – ESPE Bretagne) lors de la journée d’étude du 19 mai 2016 « Bricolages et explorations. Comment s’approprier des outils et des méthodes dans l’analyse quantitative en sciences humaines et sociales ?« .

 

Similitudes et différences entre deux CAQDAS : discrèter un flux et fouiller un texte

Cette communication présente rapidement deux CAQDAS1 différents : Transana et Tropes et s’attache à mettre au jour quelques similitudes que nous avons saisies dans leur emploi au cours de notre itinéraire de recherche. Elle prend en compte en compte l’usage des deux outils et s’accompagne de réflexions épistémologiques, méthodologiques et théoriques afférentes. Nous insisterons notamment sur la propension des ces outils (numériques) à inclure une dimension quantitative et sur leur caractère phénoménographique2.

Le premier outil, Transana permet d’indexer des flux (audio ou vidéo). Sa fonction première est d’aider à la transcription… mais ses fonctions avancées permettent d’associer des mots-clés à des extraits. Cet outil permet donc de décrire ces flux avec des systèmes de catégories déjà constituées (a priori) ou élaborées au cours de l’analyse (grounded theory).

Le chercheur utilisateur se retrouve alors rapidement devant le dilemme suivant : « Est-ce qu’un extrait de 3 minutes auquel on a affecté le terme de « dévolution3 » (à titre d’exemple) « Vaut » autant, plus ou moins que 3 extraits d’une minute chacun ? »

Le second outil, Tropes, est l’outil central sur lequel nous nous appuyons ici. Il permet de produire un traitement sémantique de gros corpus de textes (à partir de 20 pages et jusqu’à plusieurs milliers, pour donner un ordre d’idées). Il repère les occurrences et les co-occurrences, comme sur le schéma ci-dessous, un proposant trois degré de regroupements sémantiques :

Visualisation des occurrences et co-occurrencesCela amène le chercheur à se poser une question du même type que celle qui précède : « Est que le « temps » est 4 fois plus proche du « rève » (8 co-occurrences) que du « néant » (2 co-occurrences). On peut bien sûr en douter et se poser d’autres questions du type : « Est-ce que la place des occurrences dans le texte a un sens ? ».

Les concepteurs4 du logiciel en sont, pour leur part convaincus, puisqu’il propose une visualisation des rafales (emplois regroupés du même terme) comme nous le voyons ci-dessous, à propos de la notion de « temps » dans les 17 albums de Thiéfaine.

Visualisation des rafalesLe didacticiel du logiciel est bien fait et il est en français.

L’outil a l’avantage d’accepter tous les formats de textes, y compris le PDF (le format le plus utilisé par les chercheurs). Ce logiciel est libre. Il existe depuis 1994 et sa dernière version 8.4 date de 2014.

Une communauté accompagne le développement de cet outil (forum….), même si son activité a ralenti depuis quelques années.

Il permet d’obtenir immédiatement des résultats et d’aller voir (grâce à des liens hypertextes) le contexte de chaque occurrence repérée. Cela est parfait pour l’exploration d’hypothèses interprétatives. En ce sens, on peut dire qu’il s’agit d’un outil en phase avec le « régime numérique » que Bonneville (2000) définit ainsi « Ce qui est hautement significatif, c’est que le temps [y] est perçu dans son rapport à l’instant présent, à sa capacité de faire en sorte qu’un résultat se présente sans délais ».

*

*       *

Bibliographie commentée qui retrace l’itinéraire du chercheur autour de Tropes, vu selon le cas comme un outil ou un objet d’étude.

  • Kerneis, J & Thiault, F. (2014). Technologies numériques et apprentissage : observatoire des cadres de référence et des discours. In G. D. Nguyen et S. Dejean. (Dir.). Internet : interactions et interfaces. Actes du Xème séminaire M@rsouin, (pp. 59-79). Paris : l’Harmattan. En ligne.

Ce texte a été écrit en 20125. Tropes n’apparaît pas, mais le diaporama l’évoque à la diapo 7. L’outil étant présenté comme un moyen d’objectiver les analyses, en considérant, dans une approche pragmatique que le lecteur-chercheur « apporte beaucoup » au texte » sans toujours s’en aperçevoir.

  • Kerneis, J. (2012). La démarche d’enquête et l’engrammage des textes : un moyen collaboratif d’aboutir à une incertitude soutenable : le cas de la formation scientifique et professionnelle d’étudiants en documentation. Communication au IVème Colloque spécialisé en sciences de l’information (cossi) « Information, incertitudes, intelligences ». Poitiers, 19-20 juin. En ligne.

Ce texte comporte les premiers schémas utilisant Tropes, de la page 10 à 13. Il nous sert à comparer les priorités des rapports Fourgous, sur le numérique.
Le premier date de 2010 et le second de 2012. Des évolutions potentielles peuvent ainsi être repérées et l’analyse fine des passages permet (ou non) de valider ces hypothèses.

  • Kerneis, J. (2015). Le « savoir-devenir » un pont entre EMI et EDD dans le nouveau design de l’école ? Communication au Colloque international francophone « former au monde de demain. Quelles compétences, communes ou spécifiques, entre l’éducation et la formation au développement durable et les autres éducations et formations à la solidarité, la santé, les médias et la gouvernance ». Clermont-Ferrand, 2-3 avril. . En ligne.

L’usage de Tropes devient plus central, dans les textes suivants. Ici, il s’agit d’explorer des textes longs (plusieurs centaines de pages) qui proposent des actions dans le champ très large de l’éducation aux médias. L’outil permet de faire des hypothèses sur les tropismes de chaque « méthode ».

  • Kerneis, J. (2015). L’éducation aux médias et à l’information : un élément constitutif de l’identité professionnelle des professeurs-documentalistes ? Communication au XIIIème séminaire M@rsouin, Saint-Jacut-de-la-Mer, 24, 25 mai. En ligne.

Ici, c’est un livre entier qui venait de paraître, celui d’Olivier Le Deuff, qui a servi de corpus à nos investigations concernant la professionnalisation.

  • Paindorge, M., Kerneis, J. et Fontanieu, V. (2015). Analyse de données textuelles informatisée : l’articulation de trois méthodes, avantages et limites. Nouvelles perspectives en sciences sociales, (11), 1.

Tropes est dans ce texte considéré comme un objet d’étude. L’outil est comparé à deux autres approches : analyse de contenu « manuelle » et le logiciel Alceste. Une éthodologie associant les trois éléments est proposée.

  • Kerneis, J. (2016). La temporalité dans les espaces de communication : le cas de l’œuvre d’Hubert-Félix Thiéfaine. Communication aux XXème Congrès de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’information et la Communication) : Temps, temporalités et information-communication, Metz, 8-10 juin.

Tropes, est ici utilisé comme aiguillon pour accompagner un modèle théorique en Sciences de l’Information et de la Communication : les espaces de communication.

  • Beucher-Marsal, C. et Kerneis, J. (2016). De l’ombre à la lumière des textes d’Hubert-Félix Thiéfaine. Communication aux Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, Nice, 7-10 juin.

Ce texte met l’accent sur les difficultés que peut rencontrer un outil comme Tropes dans l’analyse de textes poétiques, qui plus est faisant explicitement référence à la théorie de l’inconscient collectif et aux archétypes qui le fonde. Ici, plus encore qu’ailleurs, l’outil est un « simple » pouvoyeur d’hypothèses. Le chercheur doit ensuite en estimer la validité.

Cette bibliographie est longue, mais ce n’est rien par rapport à celle qui liste les articles qui utilisent Tropes (voir ici).

 

Jacques Kerneis

  1. CAQDAS : computer assisted qualitative data analysis software []
  2. On vient seulement en 2016 de prouver l’existence de ce qu’avait modélisé, calculé : l’existence (officielle) des ondes gravitationnelles. Idem pour les tachyons : F:\Mes vidéos\THIEFAINE Le temps des tachyons.mp4 []
  3. Le terme de dévolution est aussi utilisé en sociologie. Il a un sens différent qu’en didactique et cela peut interpeller le didacticien. C’est un des quatre grands idéaux-types de l’expérience de la domination : l’inculcation, l’implosion, l’injonction et la dévolution (qui croise responsabilisation et contrainte). []
  4. Ce logiciel a été conçu à partir des principes théoriques établis par Rodolphe Ghiglione. []
  5. Je tiens ici à remercier Claude Beucher-Marsal qui m’a fait connaître cet outil, en 2012…. Et qui l’a confronté avec moi à l’œuvre d’H.F. Thiéfaine, en 2016. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *